Catégories
/ Numéro hors-série "Pandémie, vies humaines" Après, se réinventer

Lymphocyte

par Sarcignan

Nous continuons ici la publication
du journal de Sarcignan, qui est toujours confiné !
Du 16 mars au 11 mai, durant le confinement officiel,

il a tenu un 1er journal : Foyer de contagion.

Mardi 12 mai 2020 : (se) réinventer, ou comment Lymphocyte prend le relais de la Chronique du Foyer (de contamination)

Alors que les populations de France et d’Europe s’ébrouent dans le désordre pour sortir enfin de leur ankylose, j’en suis à mon 58e jour de confinement et ne devrais en sortir que le 25 mai !

Ce n’est pas une raison pour continuer à vous narrer minute par minute le déroulement de mes journées monotones, n’est-ce pas ? Vous avez maintenant beaucoup moins de temps. Pourtant… nous avons beaucoup à faire, à commencer par (se) réinventer.

(Se) réinventer… Le mot est du président Macron, lors de son discours du 13 avril. Il est bien trouvé, même si je ne veux surtout pas savoir ce qu’il entendait réellement par là : nous ne sommes pas du même monde et le sien dévore le mien.

(Se) réinventer sera, pour moi, de faire évoluer mon mode de vie, mes centres d’intérêt, mes priorités, et de le faire savoir. J’espère que l’impact sur mon environnement proche sera suffisant pour créer une dynamique locale. J’espère surtout que nous serons nombreux à mettre — ou au moins à essayer de mettre — nos actes en accord avec nos valeurs.

Quand je me serai suffisamment réinventé, je serai soit :

— un autre de ces misanthropes humanistes, détestant la race humaine et aimant chacun des individus qui la compose, haïssant la bêtise collective qui engendre injustice, discrimination, pandémie, guerre, destruction de l’environnement mais éberlué chaque jour un peu plus par la créativité artistique dont nous sommes capables ;

— un acteur de ma vie ET de nos vies, débarrassé de la plupart des chaînes que lui ont accroché la société de consommation, les systèmes de gouvernance corrompus, les rigidités sociales et culturelles.

Cela peut se faire par de tous petits pas. J’ai déjà commencé pour ma part à :

— acheter vraiment local, si possible bio et payer le juste prix ;

— refuser la dictature des marques, celle des publicitaires, celle du moindre prix ;

— ne plus voter pour les élus sortants, afin de ralentir le clientélisme ;

— contribuer financièrement, même très modestement, aux journaux et sites d’information indépendants des grands groupes ;

— aller au travail à vélo ou en covoiturage ;

— ne pas regarder les émissions de télévision et les vidéos dites « virales » ;

— ne plus m’intéresser aux compétitions sportives de niveau national et international ;

— utiliser autant que possible les logiciels « libres »

— réduire ma production de déchets.

De toutes petites choses, donc, mais dont la multiplication aurait des impacts formidables :

— mettre fin à la société de consommation ;

— changer les systèmes de gouvernance des entreprises et des collectivités ;

— remplacer la « valeur travail », appliquée de façon inéquitable aux individus, par le partage des tâches dans la gestion solidaire des besoins collectifs ;

— en finir avec la paupérisation financière, morale, sanitaire et intellectuelle des populations ;

— inaugurer enfin, avec cent ans de retard, l’ère de la civilisation des loisirs et de la culture.

Photographie : A près 58 jours de confinement, le Lymphocyte masqué envisage de (se) réinventer.


Sortir ce numéro en LIVRE PAPIER ?

Nous désirons “sortir“ ce numéro Pandémie sous forme d’un livre papier avec photographies. Vous êtes intéressé.e.s ? Donnez-nous le nombre de livres que vous désireriez acheter :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *