Catégories
Auteurs photographes

Florence White

« De moi-mĂȘme, de moi, je n’ai rien Ă  dire. Ou seulement ceci, savoir : je suis miroir moi-mĂȘme oĂč le monde se noie — oĂč l’univers se voit — oĂč n’importe quoi se regarde, n’importe qui. »

Marcelle Delpastre,  « Cinq heures du soir », Éditions De BorĂ©e

En Creuse, oĂč je suis posĂ©e depuis 25 ans, j’arpente les chemins et je regarde.

J’entrevois, je capte l’impression, je fixe le temps, je garde l’instant, je rends l’effet. Sans jamais y parvenir tout à fait.

fw

Site web

Le blog que j’anime : http://chorus23.canalblog.com/

Dans Pourtant

Dans le numéro 1 :

  • Effervescence et Insecticide, photographies

En accÚs libre, dans le numéro Pourtant, Pandémie :

6 réponses sur « Florence White »

On Ă©carquille les yeux jusqu’au vertige pour retrouver les images de notre vie “d’avant ” et on veut y deviner le dĂ©part d’une nouvelle cohĂ©rence.
Merci Florence pour ces images.

RĂ©pondre Ă  PandĂ©mie. Pourtant, les fleurs. – Pourtant Annuler la rĂ©ponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *